Crows and Sacred Tobacco, Artwork created by Flora May

 

Beyond Space: A Gathering on Care in Strange Times 

The Aboriginal Curatorial Collective / Collectif des commissaires autochtones (ACC / CCA) is  excited to present its 2020 Annual Gathering Beyond Space: A Gathering on Care in Strange Times which is taking place for the first time in the digital space. Throughout the month of October, everyone is invited to join us to watch, listen and participate in a series of events around the theme of care. After the resounding successes of the Curating Care and Community Cares initiatives which aimed to provide concrete and quick support to Indigenous art creatives affected by the COVID-19 pandemic, we would like to continue to honor the sharing of knowledge and art practices that are embedded in a galaxy of care relationships. This gathering is a witnessing of the BIPOC curators, artists, and cultural workers’ colossal work who explore and imagine our relationships in spaces and time beyond the colonial settler complex, which is slowly burning.

Indigenous peoples have always taken care of their homelands, communities, kin, and cultures in ways they could. As caretakers and protectors, the mutual support, love and tender acts of care remain tools and weapons of resistance to the colonial system. Care will not be co opted and it’s a necessity to acknowledge the roots of this spiderweb of support. We need to give credit to the Black author Audre Lorde who discussed the concept of self-care and community care decades ago. Lorde’s words of wisdom focus on care as acts of survival and armors of protection for the next BIPOC generations: “As we arm ourselves with ourselves and each other, we can stand toe to toe inside that rigorous loving and begin to speak the impossible – or what has always seemed like the impossible – to one another.” Indigenous, Afro-Indigenous, and Black communities share a collective history of resistance and love and it is important to acknowledge these relationships as Audre Lorde and many other artists discussed in their work. We need to remember that we deserve to be cared for in a world that erases our existences and histories. The intersections between taking care of our bodies, mind, and soul, as well as our loved ones in spaces where white supremacy doesn’t offer respite for BIPOC art creatives, even in times of pandemic, is an everyday struggle.

Beyond Space: A Gathering on Care in Strange Times will hold time, space, and energy to rethink our collective brilliant futures. We will honor the memory of those who are guiding our journeys. We will hold those who need warm blankets. We will take a break from our screens and look up to the stars that protect us. We will breathe, write, dance, sing, draw, bead, and laugh. Laugh a lot. We will simply gather together, beyond digital space, as we always have.

[1] Audre Lorde, Eye to eye in Sister Outsider, 1984.


Crows and Sacred Tobacco, Artwork created by Flora May

Artist Bio

Flora May is an artist and educator residing in Toronto, Ontario. She is of Inuit and settler ancestry, living and creating between NunatuKavut Labrador, and St. John’s, Newfoundland. She received her Diploma in Textile Arts from College of the North Atlantic and is currently pursuing her Honours Bachelor of Craft and Design Furniture at Sheridan College. Flora leads youth programming ranging from sewing to watercolour, and aims to produce work while promising safe and accessible spaces for Indigenous youth to create and enjoy art.

Artist Statement, Crows and Sacred Tobacco

As an Inuk, I can say that our communities are extremely sociable and have long-lasting networks of support between family and friends. I know that the sentiment of ‘care’ plays a role in my work, whether visible or structural to the final piece. Medicines play an important part of community and personal spiritual care, with tobacco being used by many Indigenous groups in combination with other plants to treat illnesses and fatigue. Flowering tobacco can be added to smudge and is offered to elders. The two birds nesting create an image of kinship and family care.


Au-delà de l’espace : Un rassemblement sur les pratiques de soins (care) en temps incertains — Rassemblement virtuel 2020 du CCA

Le Collectif des commissaires autochtones / Aboriginal Curatorial Collective (CCA-ACC) est fier de présenter son Rassemblement annuel 2020, Au-delà de l’espace : Un rassemblement sur les pratiques de soins (care) en temps incertains qui, pour la première fois, a lieu dans le monde virtuel. Tout au long du mois d’octobre, les gens sont invités à venir regarder, écouter et participer à une série d’événements sur le thème des pratiques de soins. À la suite du succès retentissant des initiatives Curating Care et Community Cares, qui visaient à offrir un soutien concret et rapide aux créateur·trice·s artistiques autochtones touché·e·s par la pandémie de la COVID-19, nous souhaitons continuer à rendre hommage au partage du savoir et des pratiques artistiques qui s’ancrent dans une galaxie de relations de soins. Cette rencontre sert à témoigner du travail des commissaires, artistes et travailleur·se·s des arts BIPOC (Noir·e·s, Autochtones et racisé·e·s) qui explorent et conçoivent nos relations dans des espaces-temps qui vont au-delà de la matrice du colonialisme de peuplement qui lui, s’embrase lentement.

À leur manière, les Peuples autochtones ont toujours pris soin de leurs territoires, leurs communautés, leurs proches et leurs cultures. En tant que gardien·ne·s et protecteur·trice·s, l’entraide mutuelle, l’amour et les gestes tendres pour prendre soin des autres demeurent des outils et des armes de résistance pour contrer le régime colonial. Les pratiques de soins ne seront pas récupérées et il est nécessaire de reconnaître les fondements de cette toile d’araignée qu’est l’entraide. Nous devons saluer l’autrice noire Audre Lorde qui, des décennies plus tôt, réfléchissait déjà aux notions de soin de soi (self-care) et de soins communautaires. Les paroles de sagesse de Lorde mettent l’accent sur les pratiques de soins comme des gestes qui assurent la survie et qui font office d’armure de protection pour les générations BIPOC à venir : « Tant que nous nous armons avec nous-mêmes et les autres, nous pouvons tenir bon, entouré·e·s que nous sommes d’un amour rigoureux, et nous commencerons à envisager l’impossible — ou ce qui a toujours semblé impossible — ensemble[1]. » Les communautés autochtones, afroautochtones et noires partagent une histoire commune de résistance et d’amour ; il importe de reconnaître ces relations, comme Audre Lorde et de nombreux·ses autres artistes le soulignent dans leur travail. Nous devons nous rappeler que nous méritons qu’on prenne soin de nous dans un monde qui efface nos vies et nos histoires. Prendre soin de nos corps, nos esprits, nos âmes et nos êtres cher·e·s dans des espaces où la suprématie blanche n’offre aucun répit aux créateur·trice·s BIPOC, même en temps de pandémie, crée un nœud qui s’avère une lutte quotidienne.

Au-delà de l’espace : Un rassemblement sur les pratiques de soins (care) en temps incertains sera l’occasion de créer un espace-temps pour mettre de l’énergie à imaginer nos avenirs collectifs brillants. Nous rendrons hommage à celleux qui nous guident dans nos cheminements. Nous apporterons du renfort à celleux qui ont besoin de couvertures chaudes. Nous prendrons une pause de nos écrans pour tourner nos regards vers les étoiles qui nous protègent. Nous allons respirer, écrire, danser, chanter, dessiner, perler et rire. Rire tout plein. Nous allons tout simplement nous réunir, au-delà de l’espace virtuel, comme nous l’avons toujours fait.

[1] Audre Lorde, Eye to eye in Sister Outsider, 1984. (Nous traduisons)


Corbeaux et tabac sacré, oeuvre crée par Flora May 

Bio d’artiste

Flora May est une artiste et éducatrice résidant à Toronto, Ontario. Elle est d’ascendance inuite et colon, vivant et créant entre le NunatuKavut Labrador et St. John’s, Terre-Neuve. Elle a obtenu son diplôme en arts textiles du College of the North Atlantic et poursuit actuellement son baccalauréat spécialisé en artisanat et design de mobilier au College Sheridan. Flora dirige des programmes pour les jeunes, allant de la couture à l’aquarelle, et vise à produire du travail tout en promettant des espaces sécuritaires et accessibles aux jeunes autochtones pour créer et apprécier l’art.

Démarche artistique, Corbeaux et tabac sacré

En tant qu’Inuk, je peux dire que nos communautés sont extrêmement sociables et ont des réseaux de soutien durables entre la famille et les ami.e.s. Je sais que le sentiment de «care» (pratique de soins) joue un rôle dans mon travail, qu’il soit visible ou structurel, jusqu’à l’oeuvre finale. Les médecines jouent un rôle important dans les soins spirituels communautaires et personnels, le tabac étant utilisé par de nombreuses nations autochtones en combinaison avec d’autres plantes pour traiter les maladies et la fatigue. Le tabac à fleurs peut être ajouté à la pratique de purification et est offert aux aîné.e.s. Les deux oiseaux qui nichent créent une image de parenté et de soins familiaux.

 

X